Via Vita – soirée du 15 mars 2017

Publié le Publié dans Jeunes Pros

SUIVRE LE CHRIST ? OUI MAIS COMMENT ?
Soirée du 15/03/2017

Il arrive un moment dans notre existence où l’on se demande qu’allons-nous faire de notre vie ? Où vat-on aller ? Et en tant que chrétiens ce questionnement prend une note spéciale avec en fond sonore l’appel du Christ, peu importe où celui-ci nous mène (le mariage, la vie consacrée…).

Nous sommes à un âge où nous nous construisons, où cette question se pose et où la réponse est essentielle. Pour notre soirée du mois de mars on a décidé d’approfondir ce questionnement en écoutant le témoignage d’autres qui ont osé approfondir la question.

Guillaume Hue, étudiant en droit et vivant à la Maison des Serviteurs de la Parole (MSP) nous témoigne de son attachement au Christ et de sa « colocation » avec lui :

« C’est une maison qui cadre notre vie de prière, tout en nous permettant de continuer nos études, notre travail ou notre activité. C’est un lieu qui nous permet de nous ressourcer afin de trouver le sens de sa vie, de trouver le sens de notre vocation à travers notamment des week-ends communautaires pour ne citer qu’eux ».

Guillaume nous parle de son séjour à la MSP avec beaucoup d’enthousiasme et avec une joie qui le caractérise : « C’est un cadre génial qui permet de se rapprocher beaucoup plus profondément du Christ …. C’est l’année la plus heureuse de ma vie…Venir à la MSP c’est choisir la meilleure part… On est renouvelé par la parole de Dieu… » Il termine en rajoutant que la MSP « c’est un puits de grâce ».

« C’est difficile d’avoir une vie spirituelle tout seul dans son coin », c’est pour cela que Guillaume invite « toutes les personnes qui ont envie d’aller plus loin avec Jésus» à oser l’expérience MSP et à se mettre à son écoute pour savoir à quoi est-ce que Dieu les appelle.

 

Son témoignage a été suivi par celui du Séminariste Ange Ngamo : « Je suis séminariste pour le diocèse de Créteil et j’étudie au séminaire des Carmes à Paris. Ma vocation c’est d’être prêtre de Jésus Christ ». Tout de suite le décor était planté et cela ne laissait aucune place au doute. Ange a parcouru le chemin de la vie, s’est posé la question de son sens. Aujourd’hui il a pu trouver une réponse, une réponse qui est en fait un appel et un appel qui le rend profondément heureux. Un bonheur qu’il a accepté de nous partager en venant ce soir témoigner de ce chemin qui le mène au Christ.

Il a commencé par nous parler de sa vocation et de ce qu’il vit en tant que séminariste. « L’engagement d’un séminariste c’est de se mettre à l’écoute de la Parole… On se met à l’ombre de Seigneur pour être façonné comme l’argile entre les mains du potier ».

Même si Ange a pu trouver la réponse à la question, à quoi suis-je appelé ? , le chemin pour devenir prêtre est long et riche. Mais qu’importe ! Le bonheur de vivre de l’amour du Christ ne vaut’ il pas qu’on se donne du temps pour apprendre à le connaitre et en vivre ?

 

Enfin on a pu entendre le témoignage d’une sœur, sœur Louise de Marillac de la communauté des béatitudes. Elle nous a instruits sur sa vocation, sur ce choix de tout laisser, tout quitter, son emploi, sa ville, ses amis, sa vie, tout simplement pour un seul objectif : celui de suivre le Christ.

« Après avoir dit, à l’âge de 6 et puis de 12 ans, que je voulais donner ma vie au Christ, je sentais en moi le désir de me marier ». Sans oublier cet acte de foi, elle l’a avait mis un peu de côté tout en ayant une vie de chrétienne. Dieu revient toujours, alors bien qu’elle travaille, qu’elle a un chez elle, des amis, elle a dû faire face à ce questionnement qui recommençait à la travailler.

Malgré ses doutes elle sentait bien au fond de son cœur le Christ qui l’appelait et lui disait « si tu veux viens ». Elle a donc décidé de se mettre en route pour comprendre ou Dieu voulait l’amener. Elle entre alors dans la communauté des Béatitudes pour voir comment ils vivent sans s’engager tout de suite. Après plusieurs mois de questionnements, elle finit par comprendre quelque chose d’essentiel : ce qui lui manque au fond d’elle, le désir qui la brûle « était trop grand pour que l’homme puisse le combler ».

Le fait d’être dans ce lieu propice à la prière et au recueillement lui a permis de voir ce que Dieu voulais lui dire. Selon elle « avoir une certaine part de solitude est importante pour trouver sa vocation… C’est dans la profondeur qu’on connaît notre cœur profond ». Sa joie était profonde et on voyait qu’elle était en paix. Elle a fini par nous encourager à avoir un accompagnateur spirituel, à faire des retraites, à rencontrer des communautés et chercher à connaître les vocations.

Après avoir été bousculé par ses différents témoignages, on a échangé. « Je passe à côté de quelque chose d’extraordinaire » dit l’un d’entre nous et l’un des témoins rétorqua « il est possible de vivre ça chacun selon ce que nous sommes ». Dieu appelle chacun de nous à quelque chose de beaucoup plus grand que nous, alors n’ayons pas peur, prenons le risque de nous poser la question car il a un besoin énorme, que l’on imagine même pas, de s’unir à nous.

Plus d’info sur Via Vita : https://groupeviavita.wordpress.com