Homélie de Mgr Santier : 17 Juillet 2016

Publié le Publié dans Enseignements JMJ

Tous ces jours vous allez être accueillis par nos amis polonais ; nous allons même, à Mielec, être accueillis dans des familles. Cet accueil et cette rencontre font partie intégrante des Journées Mondiales de la Jeunesse.
La Parole de Dieu de ce dimanche nous parle de l’hospitalité d’Abraham à l’égard de ses visiteurs. L’Evangile nous raconte que Jésus recevait souvent l’hospitalité chez Marthe et Marie et leur frère Lazare. Il aimait venir se reposer et y reprendre des forces.
Dans le récit de la Genèse, Abraham ignore qui sont ses visiteurs mais, comme cela se vit en Orient, il s’empresse de leur offrir l’hospitalité. Dès qu’Abraham vit les trois hommes, il courut à leur rencontre depuis l’entrée de la tente et se prosterna devant eux. Il leur dit :
Ne passe pas sans t’arrêter près de ton serviteur.

Permettez que l’on vous apporte un peu d’eau, vous vous laverez les pieds et vous vous étendrez sous cet arbre.

Je vais chercher de quoi manger et vous reprendrez des forces.

Cet accueil gratuit débouche pour Abraham sur une promesse, celle d’une descendance qui est une bénédiction divine. La lettre aux Hébreux (cf ch. 11) dit que, par ces visiteurs, Abraham a reçu la visite de Dieu.
Dans l’Evangile Marthe, comme Abraham, reçoit Jésus avec empressement, avec tous les gestes et les préparatifs du repas. Mais, accaparée par toutes les occupations du service elle n’est pas attentive à la présence de Jésus lui-même.
Au contraire, sa sœur Marie est à l’écoute de Jésus qui souligne qu’elle a choisi la meilleure part.
L’Evangile de ce jour est la suite de l’Evangile que nous avons entendu dimanche dernier : la parabole du bon Samaritain. Cette parabole est précédée du rappel du plus grand commandement :
Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur
et tu aimeras ton prochain comme toi-même.
La parabole répond à la question : Qui est mon prochain ? Tout homme rencontré à qui j’offre l’hospitalité. L’évangile de Marthe et Marie illustre la première partie du commandement : Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu.
Jésus demande à être aimé et accueilli pour lui-même, comme Marie l’a reçu à Béthanie. Il vient à nous, il vient nous visiter mais la rencontre ne peut se faire que si nous nous arrêtons pour l’accueillir, l’écouter, écouter sa Parole dans le silence.
L’équipe pédagogique qui a préparé la démarche spirituelle vous invite chaque jour, dans l’après-midi, à vivre un rendez-vous, un cœur à cœur avec Jésus comme vous l’avez vécu le 18 juin à la cathédrale de Créteil où vous avez écrit une lettre à Jésus, exprimant ce que vous attendiez des JMJ.
C’est dans la mesure où vous vivrez ce rendez-vous quotidien avec Lui que vous pourrez vivre la rencontre avec les autres jeunes ; sinon, ce seront des rencontres superficielles.
Dans la rencontre silencieuse, Jésus vient à notre rencontre et nous révèle la profondeur de notre être où il veut demeurer, établir sa demeure, vivre en nous, dialoguer avec nous, nous parler.
Alors, si nous accueillons sa présence en nous, nous rencontrerons les autres jeunes de façon, non pas extérieure, mais à un niveau plus profond, celui où Jésus habite, aussi, en eux.
Alors ce sera une vraie rencontre dans les fraternités et les échanges ; nous ne partagerons pas des banalités, vous direz quelque chose de vous-même, de votre foi, de votre recherche, de vos questions. Et vous sortirez enrichis de ces partages ; vous aurez vraiment accueilli et rencontré l’autre, votre frère et votre sœur et, à travers lui/elle, c’est Jésus lui-même que vous aurez accueilli, comme Marthe et Marie, chacune à leur manière, ont accueilli Jésus.
Seigneur Jésus, tu vas venir à la rencontre de ces jeunes
par l’accueil et la rencontre avec les amis polonais,
par la fraternité qui va se vive entre eux,
par le rendez-vous personnel de chacun avec toi,
par les célébrations.

Seigneur Jésus
fais-leur découvrir qu’en choisissant de venir aux JMJ,
ils ont choisi la meilleure part,
celle de te connaitre,
de se laisser aimer par toi
pour vivre la rencontre et l’hospitalité avec tous leurs frères et sœurs.